Plan banlieue : comment réinventer l'eau tiède

Publié le par Arnaud DROUOT

Fadela Amara est forte, très forte : elle n'a pas inventé l'eau tiède, elle l'a réinventé.

Sur la D15, rentrant du boulot sur le coup de midi (commencé à 5h) j'allume France Info, France Inter m'énèrve depuis leur nouvelle grille de programmes, pour choper le flash et tenez vous bien : Fadela Amara a enfin réussi à présenter son plan banlieue en grandes pompes. On ne tari pas d'éloge sur son courage, sur sa ténacité à convaincre le gouvernement et l'ancien maire de Neuilly, qui question banlieue, ne s'y connaît pas trop. Bravo Fadela, bien joué, un an de gouvernement et dorures des palais des ministères (ça doit lui changer des locaux de NPNS) pour enfin accoucher de ton plan Marshall des banlieues, il était temps !
Annonces en grandes pompes je disais, présentation "en live" sur le terrain à ... Meaux. Ville de JFCopé, grand amateur de destruction de logements sociaux, pour en construire d'autres, mais moins. D'ailleurs, la ville est dans l'illégalité selon l'INSEE car elle ne possède pas les 20% des dits logements. Pourquoi ne pas l'avoir fait à Clichy sous bois ?
Assez parlé de la forme, passons au fond : kékidit le plan banlieue ? Déjà il dit marketing, on n'appel pas cela "rapport ministériel sur la cohésion sociale en territoire à forte concentration de logements à loyer modéré" mais le "plan banlieue". Les deux mesures phares sont révolutionnaire :
- créer des '"unités territoriales de quartiers". Rappelez vous en 2002, Sarkozy propulsé ministre de l'intérieur prend comme première décision de supprimer la police de proximité de Jospin jugeant que "c'est pas le boulot de la police, je le boulot de la police c'est d'interpeller". Après avoir perdu 6 ans, on les remet, sous un autre nom. Merci la droite, une idée de génie !
- créer des "contrats autonomies". Là chapeau, personne n'y avait pensé et n'avait eu le courage de le faire : verser une indemnité à des personnes au chômage pour les aider à retrouver un emploi. C'est très ambitieux, félicitation. Et tenez vous bien : on va suivre ces jeunes et les "coacher", comme si depuis des années les structures n'existait pas. ANPE, PIJ et BIJ (point information jeunesse), PAPEJ (Point animation prioritaire pour l’emploi des jeunes) etc. font un boulot formidable avec le peu de moyen qu'ils ont. Donnons leur les moyens avant de multiplier les structures ...

Après il y a toujours les appels à projet (existant déjà dans le plan "Envie d'Agir), des trains et des bus (financé par la région IDF) bref, rien de bien neuf.

Bien joué le plan banlieue, un bon coup de com' pour pas très chère, on croirait presque que le gouvernement fait quelque chose !
Pour info, le plan Marshall c'était 4% du PIB américain, pendant 5 ans, ce qui ferait pour la France 75 milliards d'euros par an, on en est bien loin.

Publié dans Le poing (j'aime pas)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article