Le pragmatisme tue la Politique

Publié le par Arnaud DROUOT

Le pragmatisme c'est un "comportement, attitude intellectuelle ou politique, étude qui privilégie l'observation des faits par rapport à la théorie".
En clair, on regarde ce qui marche et on l'applique. Quoi de mal à cela me direz vous ? C'est à mon sens l'inverse de la politique au sens noble du terme. Le pragmatisme rejette et ignore les notions mêmes d'éthique, de valeurs, d'idéaux. Le pragmatisme, c'est la politique à la petite semaine, une politique fondée sur des faits divers, où, pour maximiser le nombre de satisfait, on méconnaît ses principes et gouverne uniquement pour taire les insatisfactions. Le pragmatisme, c'est laisser perdurer des systèmes parceque, pour le moment, cela fonctionnent. Que fait-on de l'esclavage avec le pragmatisme ? On négocie le poids des chaînes.
La grandeur de la politique se situe dans un idéal, des objectifs d'intérêt généraux sur lesquelles l'ensemble de nos méthodes, nos actions, nos idées doivent se rattacher. Un idéal, cela n'a rien de pragmatique. Un idéal, c'est alors que la France est occupé, dire qu'un jour  nous serons libre. C'est dire, sous le joug d'un monarche absolue, un jour les peuples déciderons de leur destin. C'est dire un jour votre vie ne se résumera plus qu'au seul travail accablant mais qu'il existera des semaines de congés payés, c'est dire qu'il est possible que la société toute entière, chacun selon ses moyens, assure les soins des malades, à chacun selon ses besoins.
On ne fait rien de grand sans idéaux, on gestionne.

Publié dans La rose (j'aime)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article