Les «indignés» n'ont rien inventé

Publié le par Arnaud DROUOT

Ce sont des indignés venus des quatre coins de la France. On pourrait appeler cela prolétariat, mais ce sont des indignés, des révoltés. Ouvriers, intélectuels, chomeurs, ils sont plus d'une centaine, représentant leur métier, leur ville, leur région. On s'est cotisé pour que chacun puisse venir s'y exprimer. La salle est comble de jeunes et de moins jeunes pleins d'idéaux. Les drapeaux côtoient les affiches "Liberté, Égalité, Solidarité" - "Pas de Droits sans Devoirs, pas de Devoirs sans Droits" - "Travail pour tous" - "Siences, Paix, Union, Justice" en lettres rouges, derrière la tribune. Grâce aux nouveaux outils de communication, l'affluence est au rendez-vous et les médias conviés sont présents.

 

Italie, Suisse, Angleterre, Roumanie, des messages de soutien de toute l'Europe sont arrivés lorsqu'on élit un président de séance et vote l'ordre du jour. Les délégations lisent les déclarations écrites dans leurs Assemblées Générales respectives, les débats peuvent commencer.

 

Et on débattra, démocratiquement, pendant plus de 10 jours. L'ordre du jour ? La place de la femme dans la société, l'importance des syndicats, des associations, l'enseignement et l'apprentissage, le salariat, la démocratie directe et représentative, la propriété, l'impôt ... On travail en commissions, on fait des propositions qui seront votés à main levée. Le compte rendu fera plus de 800 pages.

 

Ces indignés veulent changer la société, changer de société. L'indignation contre l'injustice les a réunis, mais que faire ? L'objectif est la transformation sociale, l'indignation leur moteur et la justice leur horizon. Alors ils se regrouperont.

 

Nous ne sommes pas en 2011 sur une place Européenne, mais en 1879. C'est dans la Salle des Folies Bergères à Marseille, que sera créé le premier parti socialiste de l'Histoire française. Il deviendra en 1905 la SFIO, puis le Parti Socialiste. On se mettra d'accord sur la méthode, démocratique et réformiste, et on transformera la société. Les idées les plus utopiques, nées de la révolte face à la misère deviendront réalité : diminution du temps de travail, libertés politiques et sociales, sécurité sociale, retraites, congés payés, salaire minimum. On retiendra le nom des leaders de ce courant humaniste qui clamait le refus de l'ordre établi : Guesde, Jaurès, Blum, Mitterrand.congresPSmrs.png

 

Les indignés n'ont rien inventé. Ça fait plus de 130 ans qu'on se bat, génération après génération pour faire progresser la démocratie réelle et la justice sociale. Si vous voulez nous y aider, vous savez où nous trouver ...

statutPSmrs.jpg

 

 


PS : néanmoins, s'il ont 130 ans de retard sur la méthode, ils peuvent avoir une longueur d'avance sur certaines idées.

Publié dans La rose (j'aime)

Commenter cet article

Achref Snoussi 24/04/2012 08:56

le chemin de l'indignation est abrupt. Toute l'indignation est dirigée à l'encontre de Sarko parce qu'il représente à lui seul le mal à la France:

http://achrefsnoussi.over-blog.com/article-sarkozy-le-ben-ali-de-la-france-103307907.html

Arnaud Mouillard 02/06/2011 08:54


Je vient de découvrir ton Blog via Twitter, il est intéressant, j'y retournerai !

@+

Hern - http://hern.over-blog.com


Anonymous 30/05/2011 16:54


Prendre les mêmes et recommencer ? non merci. Assez de ce clivage gauche droite ou finalement les 2 soutiennent les banques et laisse les citoyens de coté.
Laisse moi rire, avec DSK dans sa prison dorée, le PS n'est plus crédible.